Appel à contribution n°4 : « Les relations internationales illicites »

Perspectives Internationales 12/05/2013 0

Le thème des relations internationales illicites est régulièrement abordé dans l’actualité. C’est devenu une composante essentielle du champ des relations internationales. Depuis le début du XXème siècle, et de surcroît depuis la chute de l’URSS, les réseaux illicites abondent (mafias russes et albanaises, triades chinoises, etc.). La criminalité internationale se nourrit de blanchiments d’argent, de trafics en tout genre, voire de brigandage. Mais la définition des relations internationales illicites est plus large.

En effet, le champ des relations internationales illicites ne se limite pas à la criminalité internationale, les facteurs de développement de l’illicite sont multiples. L’effondrement de l’URSS, la défaillance de certains États, la multiplicité des acteurs internationaux et l’émergence de « zones grises » contribuent à l’expansion de ces relations. Parallèlement, les dénonciations par l’opinion publique d’activités autrefois plus ou moins ignorées, sont de plus en plus courantes. La tolérance de ces activités, même au sein des grandes démocraties, n’est plus de rigueur.

Si la notion d’illicite paraît claire, il s’agit pourtant d’un phénomène théoriquement difficile à cerner. Nous pouvons les définir comme « les échanges internationaux unissant deux ou plusieurs partenaires qui, avec ou sans l’aval des autorités étatiques, violent l’une ou l’autre des réglementations nationales »[1]. Cette définition introduit la difficulté à étudier les relations internationales illicites sous l’angle d’une approche globale, approche à laquelle nous souhaitons consacrer ce nouveau numéro de Perspectives Internationales.

 Les contributions au numéro 4 de Perspectives Internationales devront s’organiser autour des problématiques suivantes :

La définition des relations internationales illicites

- Comment distinguer clairement l’illicite de l’illégal ? Y a-t-il une moralité internationale ? L’adjectif illicite se rapporte à ce qui est « contraire à la morale ou à la loi », tandis qu’« illégal » relève uniquement d’une contravention à la loi. Dès lors, si l’on parle de contravention à la loi et à la morale dans le cas de l’illicite, il y a lieu de s’interroger quant à l’existence d’une morale internationale : sa genèse, ses principes et ses promoteurs (s’agirait-il d’une morale d’origine occidentale, voire simplement américaine ?).

- Si moralité internationale il y a, quelles sont alors les sujets concernés ? Les interdictions liées à l’alcool (cf. la Prohibition au début du XXème siècle aux Etats-Unis), aux cigarettes, à la pornographie, ou encore à certains traits culturels considérés comme « déviants » (polygamie, excision, etc.), font pourtant l’objet d’un certain relativisme selon les États.

- La réification des droits de l’homme n’a-t-elle pas participé à la définition de l’illicite en relations internationales  et sa confusion avec l’illégalité ? N’assistons-nous pas à une confusion entre ce qui est moralement acceptable et ce qui est légalement acceptable ?

- Les enjeux liés à l’illicite sont-ils seulement de nature économique (profits liés au trafic de drogues, de contrefaçons, au secret industriel, etc.) ?

- L’illicite est-il défini positivement ou négativement ? La deuxième proposition mène a définir l’illicite comme tout ce qui n’est pas licite. Mais comment définir, et qui définit, ce qui est licite ?

 – D’une manière plus générale, en quoi l’illicite est-il un problème pour les relations internationales ?

La profondeur historique

- Quelle est la profondeur de champ historique dans le domaine de l’illicite en relations internationales ?

- Quelles sont les constantes historiques de l’illicite ? Quels sont les éléments de changement ?

Les dispositifs internationaux face aux relations internationales illicites

 – Comment réagissent les organisations internationales face à l’illicite ? Quels sont les mécanismes d’action bilatéraux ? Quelles sont les attitudes nationales ?

 – Ces méthodes sont-elles similaires ou différentes entre elles ? Comment l’expliquer ?

Les acteurs internationaux de l’illicite

- Faut-il parler de l’illicite ou des illicites ? Autrement dit, peut-on parvenir plus aisément à une définition du problème en définissant d’abord les acteurs ?

Le caractère transversal du problème

- Quelle influence les relations internationales illicites ont-elles sur les situations de guerre, de paix, de pauvreté, et d’anomie internationale en général ?

Recommandations

- Nous vous encourageons à proposer des points de vue originaux, voire décalés par rapport à l’orthodoxie de l’approche disciplinaire adoptée (sociologie, histoire,  science politique, anthropologie, droit, économie, philosophie). Nous souhaiterions des études de cadrage, plutôt générales, ainsi que des études de cas beaucoup plus ciblées.

-  Nous vous incitons également à proposer des notes de lecture d’ouvrages (récents ou anciens) relatifs ou non à notre thématique. Cet exercice nous semble à la fois formateur pour les contributeurs les moins expérimentés et utile dans le cadre de la recherche bibliographique.

- Enfin, nous insistons sur la nécessité de soumettre des articles à l’orthographe soignée, respectant les normes de contribution de notre revue (la typographie et les règles de citation sont précisées ici  : http://perspectivesinternationales.com/wp-content/uploads/2012/08/normes_de_publication_perspectives_internationales_revue-semestrielle.pdf ).

-  Toute contribution à Perspectives Internationales est exclusive. Le plagiat n’est pas toléré.

Échéances :

La date limite de contribution est fixée au 31 août 2013 pour une publication en octobre 2013. Vos notes d’intention devront nous être communiquées avant le 31 mai 2013.

Les notes d’intention et les contributions doivent être envoyées à perspectives.internationales@gmail.com ainsi qu’à ismailregragui@gmail.com et annelauren.ifergan@iepg.fr


[1] Pierre Conesa « Les relations internationales illicites », Revue internationale et stratégique 3/2001 (n° 43), p. 18-25.

Leave A Response »